Ville de la crau Pour toutes les visites de propriétés agricoles,
veuillez prendre rendez-vous préalablement avec les exploitants...


 
     
     
   
 
                  
Ce très beau parc paysager qui, de par son esthétisme et sa conception volontairement axée sur la détente et la convivialité, représente une valeur ajoutée indéniable en terme de qualité de vie, pour notre commune

+ d'info sur le Parc du Béal : cliquez ici
 
   
   
   
 
                  
Le Parc Aventure du Fenouillet regroupe de nombreuses activités de loisirs accessibles à tous, petits et grands, seul ou en famille, dans un cadre naturel exceptionnel.

+ d'info sur le Parc de Loisirs du Fenouillet : cliquez ici
 
   
   
   
 

La Crau, au blason évocateur de ses richesses ne peut prétendre être un grand centre touristique mais possède de très beaux sites dont :
 
   
Ville de la crau
Le Mont Fenouillet
Le Mont Fenouillet s’élève entre La Crau et Hyères et fait partie de la chaîne montagneuse « Les Maurettes » qui se trouve entre les deux communes. Du sommet (291 m), on jouit d’une vue circulaire incomparable : les Iles d’Or, la ville de Hyères, le Massif des Maures, La Crau, La Garde, Toulon … L’origine de son nom semble venir de Fenouil, cette plante autrefois cultivée à La Crau. D’autre part, en 1840, une distillerie située au quartier des Pourpres commença à produire une liqueur dite « du Fenouillet » et ce jusqu’en 1918.
 
 
 
Ville de la crau
Le Quartier Notre Dame
C’est le plus vieux quartier de La Crau. En effet, il y a été retrouvé des vestiges datant de l’époque romaine.
Les romains y créèrent un relais avec bains, ce fut la première construction de la commune.
Plus tard, la Reine Jeanne de Provence fit construire une petite résidence et aujourd’hui encore, vous avez la possibilité de voir la place et le bacon duquel elle recevait « ses gens ». On a également découvert les ruines d’une chapelle et d’un cimetière. Puis au 18ème, siècle le petit village s’est déplacé au lieu-dit « La Panouche » (centre ville actuel) par suite du rassemblement des commerces. Notre Dame devint un hameau.
 
     
Ville de la crau
La Monache
Charmant vallon au bord de la rivière d’où les romains et plus tard les Hyèrois faisaient venir l’eau potable pour leur consommation. La source se trouvait au lieu dit « Fer à Cheval de Monache ».
En 1830, le patron d’un grand hôtel de Toulon y fit édifier un Castel dans le style provençal, on raconte que les ouvriers qui y travaillèrent et qui construisirent la ferme, le pigeonnier, la glacière et toutes les dépendances, y besognaient vite et de bon cœur car ils étaient bien payés : un sou par jour !
Mais cet hôtelier du nom de SALC était joueur et il perdit au jeu son beau château qui revint à un anglais du nom de NEGL. A sa mort, les enfants se partagèrent les biens, le Domaine fut vendu en 1903 à Monsieur MOYE dont les héritiers en sont toujours propriétaires : la Famille DARD.
 
     
Ville de la crau
Château de Tamagnon
Il s’agit d’une construction constituée d’un bâti de 16 m sur 60 m, avec une hauteur du fossé au toit de 12,5 m; les murs sont à talus de 20%, d’une épaisseur de 1,60 au ras du sol et de 1 m au sommet. La demeure comportait 4 tours, dont la démolition a servi à combler le fossé qui entourait le château, avec 8 mètres de large et 3,50 m de profondeur. Il ne reste que celui de la façade sud, traversée par un passage sur voûte de 5 m qui se terminait autrefois par un pont-levis devant la seule entrée au sud.
La façade a été aujourd’hui remplacée par un mur de refend et la surface rendue disponible a été transformée en terrasse. Tamagnon possédait une chapelle. Le domaine resta propriété de la Famille CORDEIL de TAMAGNON sur plusieurs générations. Paul de RUYTER, gendre de Paul CORDEIL, est à l’origine du nom du quartier proche : La Ruytèle.
 
     
Ville de la crau
L’Eglise de La Crau
Au XIIIème siècle, les offices religieux se tenaient au Prieuré Notre Dame. Le lieu devenant trop exigu, Monsieur Louis TOUCAS demanda, en date du 5 octobre 1845, l’édification d’un nouveau lieu de recueillement. Il faudra attendre le début de l’année 1847, pour que débutent les travaux au Quartier La Panouche, et deux ans de travail acharné pour qu’ils se terminent. C’est le curé MARTEL qui officia pour la première fois en l’Eglise de Notre Dame de la Visitation. Lorsque La Crau se sépara de la ville d’Hyères pour devenir une commune indépendante, elle devint aussi une paroisse à part entière reconnue par Monseigneur JORDANI, évêque de Fréjus-Toulon, qui consacra l’église le 12 février 1857. A l’occasion de ses 150 ans, un majestueux campanile est venu orner son clocher.
 
     
Ville de la crau
La Chapelle de La Moutonne
La Chapelle Saint Dominique fut bâtie en 1876; elle est l’œuvre des Moutonnais qui l’ont construite de leurs propre deniers car la distance qui les séparait de La Crau les empêchait de se rendre à l’Office, construction faite en dépit du refus du diocèse et de la Commune. Aujourd’hui elle appartient à la Commune.
 
     
Ville de la crau
La Chapelle du Mont Fenouillet
ou Chapelle Notre Dame de Bon Secours

Toute l’histoire de ce mont est liée à la vocation religieuse des Craurois et nous sommes en droit de croire qu’il est un lieu de pèlerinage des plus anciens de la région.
Après la conversion de la contrée au christianisme, un oratoire y fut construit et SANCHE, reine de Sicile, Comtesse de Provence au XII siècle y installa un couvent pour les Béguines que remplacèrent en 1317 les Augustines. Alors fut érigée la chapelle de Notre Dame des Sept Douleurs.
A l’époque de la Révolution de 1793, l’Ermitage et la chapelle abandonnés tombèrent en ruines.
En 1849, Monsieur le Curé MARTEL forma le projet de reconstruire un lieu de culte et ouvrit une souscription qui reçut un chaleureux accueil. Ainsi fut inaugurée et bénite en 1857 la chapelle en l’honneur de Notre Dame du Bon Secours, rendant grâce à Marie d’avoir préservé les habitants de la Crau de l’horrible choléra. Depuis ils montent en pèlerinage le 20 août. En 1857, Monsieur le Curé MARTEL fit placer une croix qui domine le Mont-Fenouillet. En 1923, elle fut brisée par la tempête et remplacée. Cette seconde croix est arrachée en 1943 par l’occupant. On la scella à nouveau en 1947!La chapelle, également, endurera bien des vicissitudes et fut profanée à plusieurs reprises. Elle dut être restaurée maintes fois: en 1912, 1921, 1938, 1946 , 1969, 1982, 1989, 2004. Cela à l’initiative des curés de la paroisse ou des municipalités. Une messe est célébrée tous les lundis de Pâques au cours de laquelle est chanté le cantique dédié à Notre Dame du Fenouillet.
 
     
Ville de la crau
L’Oratoire de la Colette
L’Abbé FERRERO, en 1946, manifeste le désir d’ériger un Calvaire sur le Mont Fenouillet.
L’oratoire au lieu dit La Colette en est une station.
 
     
Ville de la crau
Le Béal ou Canal Jean NATTE ou Canal des Moulins
Ce cours d’eau est incontestablement lié à la fertilité et à la richesse de la commune.
Au XVème siècle, la sécheresse et les épidemies préoccupent la population hyèroise. Louis Rodolphe de LIMAN seigneur d'Hyères, sensible à ces problèmes fait appel au sieur Jean Natte jeune ingénieur du Luc qui réfléchit à un système d’irrigation qui alimenterait en eau les moulins et les plaines et qui prendrait l’eau du Gapeau et des sources de la Monache au niveau de La Crau.
Ce projet soumis à la municipalité hyèroise est refusé, évoquant l’impossibilité de réaliser une telle opération. Certain de son fait, il persiste et obtient l’appui du Bon Roi René qui ordonna de prendre en considération l’utile projet. La signature d’une convention draconienne fut signée le 27/12/1458, les travaux commencèrent, mais à ses risques et périls, acceptant de n’être payé que lorsque l’eau serait amenée dans Hyères. Jean NATTE mourut avant d’avoir achevé son œuvre poursuivie par ses fils. L’impensable pari fut gagné à la plus grande satisfaction des populations concernées.
En 1631, des travaux de consolidation s’imposent tel l’aqueduc en pierre soutenu par une série de petites voûtes ou « arquets »(d’où le nom donné au quartier les Arquets).
Le volume d’eau fut considérablement augmenté, ce qui permit d’étendre les arrosages sur le parcours du Béal. C’est à partir de ce moment-là que naquirent les rivalités entre usagers.
Le règlement d’arrosage était si complexe que les propriétaires ne l’appliquaient pas et les gardes avaient fort à faire. Les rivalités d’arrosage s’estompèrent avec l’arrivée du Canal de Provence en 1976
Le Béal, long d’environ 8 Km, large d’une canne au fond, creusé au départ dans la terre, fut réellement terminé et bâti en pierre et mortier à la chaux en 1632. Il traverse la ville de La Crau et était fort apprécié des lavandières appelées les « bugadières ».
 
     
     
     
     
  Infos / Renseignements :

OFFICE DE TOURISME DE LA CRAU
37, Avenue du 8 Mai 1945 - 83260 LA CRAU
Tel 04 94 66 14 48 - Fax : 04 94 14 03 15
Mail : tourisme@villedelacrau.fr


Horaires d’ouverture :
Du lundi au jeudi : 8h30-12h / 14h30-17h30
Le vendredi : 8h30-12h / 14h30-17h30

     
     


      

      

      


 
 
   
 
 
 
      
www.villedelacrau.fr - Tous droits réservés © ville de La Crau - Var